Togo : Assemblée nationale / Ouverture difficile de la session extraordinaire

12 septembre 2017 - 81 vues

Jean-Pierre Fabre, chef de file de l’opposition et toute sa suite, exceptés les députés de l’UFC, n’ont pas du tout donné du temps ce matin au président de l’assemblée nationale de faire passer facilement possible son projet d’ordre du jour basé sur l’examen du budget de l’assemblée exercice 2018. La séance est finalement suspendue pour trouver su consensus.

« Nous sommes dans une situation délicate et ce n’est pas normal que représentants du peuple que nous sommes, nous préférons notre budget au détriment de la question des réformes pour lesquelles le peuple manifeste depuis quelques jours dans les rues », a déclaré Jean-Pierre Fabre.

Me Paul Dodji APEVON (président national des FDR), Jean KISSI (secrétaire national du CAR) et Aimé GOGUE (président de ADDI) lui ont emboité le pas. Ils demandent purement et simplement la clôture de la séance afin de s’attaquer demain sur la question des réformes.

Les députés de UNIR ont opposé un refus catégoriques accusant plutôt l’opposition d’avoir elle-même créer cette situation qu’elle appelle de délicate.

Je crois que nos collègues de l’opposition auraient du bien informer les populations sur les démarches de transmissions de textes à l’assemblée nationale et les démarches d’examen de ces textes en commission avant qu’ils n’arrivent en plénière », a déclaré Christophe TCHAO, président du groupe parlementaire UNIR.

Pas de consensus sur le projet d’ordre du jour soumis à la plénière mardi pour l’ouverture de la session extraordinaire. L’opposition propose l’ouverture et aussitôt la clôture de la session alors que la majorité réclame son maintien conformément aux dispositions régissant l’Assemblée Nationale.

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article