Découvrez les lauréats 2019 des Trophées des Français de l'étranger !

Difficile de départager les candidats parmi un éventail de profils aussi riches que variés. Le jury a fait son choix ! Pour autant, dans chaque catégorie, il ne peut y avoir qu’un(e) seul(e) vainqueur. Découvrez ci-dessous les parcours bluffants des lauréats et lauréates de l’édition 2019 des Trophées des Français de l’étranger. Ils ont été mis à l'honneur, ce mardi 12 mars au quai d'Orsay, lors d'une cérémonie organisée pour la septième année consécutive par lepetitjournal.com.

Anna Anna Godefroy, lauréate du Trophée Innovation
Anna Godefroy
Co-fondatrice et directrice du Binners’ Project
Lauréate du Trophée Innovation remis par MisterFly
Lorsqu’elle arrive à Vancouver, il y a près de 5 ans, Anna est animée par une ambition : faire quelque chose d’utile contre l’exclusion des plus pauvres. Partie de rien, elle va bâtir un empire…sur des déchets.
Via le « Binners’ Project », la Française a cofondé et dirige actuellement un réseau d’entraide à destination des recycleurs de rue précaires. Le but de l’organisation est de réduire la stigmatisation dont ils font l’objet et de travailler avec les eux sur des solutions innovantes pour créer de nouvelles opportunités génératrices de revenus, tout en promouvant le recyclage.
Si Anna tente avec succès d’étendre le concept à d’autres villes canadiennes comme Calgary, Montréal ou Victoria, elle s’investit également dans différentes initiatives dédiées au développement économique communautaire et à l'embauche sociale.

Eric Eric Mangin, lauréat du Trophée Entrepreneur
Eric Mangin
Fondateur de U2Guide
Maître laqueur et Co-fondateur de Angkor Artwork
Lauréat du Trophée Culture / Art de vivre remis par Courrier international.
Fils et petit-fils d’artisan ayant fait ses armes au mobilier national à Paris, Eric pose ses valises au Cambodge en 1998, pour remettre en place la filière de la laque, dorure et polychromie, qui avait totalement disparu du pays. Une mission de quelques mois qui s’est convertie en une vie. Après plusieurs années à travailler sur un programme de l’Union Européenne puis à collaborer avec Les Artisans d’Angkor, il fonde à Siem Reap, avec son frère Thierry, Angkor Artwork, un atelier de laque artisanale. Aujourd’hui, six familles de saigneurs récoltant et vingt artisans œuvrent quotidiennement à la réalisation de pièces d'exception en laque, dorure, marqueterie.

Stocker Eric Stocker, Lauréat du Trophée Culture / Art de vivre
Eric Stocker
Maître laqueur et Co-fondateur de Angkor Artwork
Lauréat du Trophée Culture / Art de vivre remis par Courrier international.
Fils et petit-fils d’artisan ayant fait ses armes au mobilier national à Paris, Eric pose ses valises au Cambodge en 1998, pour remettre en place la filière de la laque, dorure et polychromie, qui avait totalement disparu du pays. Une mission de quelques mois qui s’est convertie en une vie. Après plusieurs années à travailler sur un programme de l’Union Européenne puis à collaborer avec Les Artisans d’Angkor, il fonde à Siem Reap, avec son frère Thierry, Angkor Artwork, un atelier de laque artisanale. Aujourd’hui, six familles de saigneurs récoltant et vingt artisans œuvrent quotidiennement à la réalisation de pièces d'exception en laque, dorure, marqueterie.

Olivier Olivia Mvondo, lauréate du Trophée Education
Olivia Mvondo
Fondatrice de Kmerpad
Lauréate du Trophée Education remis par le CNED.
D’un poste de chef de projet chez Siemens à Grenoble aux camps de réfugiés de l’extrême nord du Cameroun, il n’y a qu’un petit pas. Mais il y a aussi 10.000 kilomètres. Ceux qu’Olivia a parcourus en deux ans pour sensibiliser les jeunes femmes et hommes africains aux menstruations et aux méthodes existantes pour éliminer les déchets en toute sécurité, dans le respect de l’environnement.
En créant Kmerpad, une entreprise de confection de serviettes hygiéniques réutilisables, Olivia s’attaque à un défi de taille : briser les tabous autour de l’hygiène menstruelle et fournir des produits aussi abordables qu’agréables. Aujourd’hui, dans les établissements scolaires, dans les prisons, via des Facebook live, dans des conversations WhatsApp, dans les camps de déplacés et jusqu’à l’Elysée, la Française expatriée au Cameroun et son équipe d’une vingtaine de personnes utilisent une approche créative pour prendre à bras le corps un sujet universel bien que trop souvent ignoré.

Sébastien Perret
Fondateur de Vientiane Rescue.
Lauréat du Trophée Social & Humanitaire remis par France Médias Monde.
Si le parcours de Sébastien devait se résumer en un mot, ce serait « abnégation ». Enseignant et pompier volontaire en France, il s’envole au Laos en 2008, pour ce qui devait n’être qu’une courte parenthèse. Alors que personne ne croit à son projet, il crée de toutes pièces le premier service d'urgence du Laos, Vientiane Rescue, avec l’appui de quelques volontaires laotiens. Aujourd’hui, ils sont 500, dont un noyau dur de 50 jeunes d’une vingtaine d’années, tous bénévoles, de garde 24h sur 24, prêts à éteindre des incendies, repêcher des noyés, secourir les accidentés de la route, désincarcérer une victime coincée dans son véhicule, retirer un cobra royal qui s'est introduit dans une maison… Sans réel soutien ni reconnaissance, et avec des moyens dérisoires, ils se battent au quotidien pour porter secours à près de 10.000 personnes chaque année, dans deux villes du pays.

Françoise Françoise Malby, Prix du Public
Françoise Malby
Co-fondatrice de la réserve animalière Thulathula et auteure du livre « An elephant in my kitchen »
Lauréate du Prix du Public remis par la Banque Transatlantique
Etablie en Afrique du sud depuis 1987, Françoise se lance dans une grande aventure en 1998, lorsqu’elle achète avec son mari une réserve animalière de 150 hectares dans le Zoulouland, avec la vision d’en faire un havre de paix pour les animaux sauvages et les espèces menacées. « Thulathula » est née, pour le meilleur et pour le pire. La mort brutale en 2012 de Lawrence Anthony, le mari de Françoise, la met face à des responsabilités auxquelles elle n’est pas préparée. Elle qui ne maitrise que les aspects administratifs, logistiques et financiers doit soudain apprendre à gérer 4.500 hectares, 21 éléphants, deux safaris-lodges et 75 employés. Une expérience passionnante qu’elle a posée sur le papier dans « An elephant in my kitchen », best-seller en Afrique du Sud, dont la sortie française est prévue en avril prochain.

Caroline
Auteure de l’ouvrage « Dessine-moi un proverbe. Les proverbes libanais racontés aux enfants ».
Lauréate du Trophée Ancien.ne Elève des lycées français du monde remis par l’Agence de l’Enseignement français à l’étranger.
Produit de l’enseignement français à l’étranger, Caroline passe son enfance entre Douala et Beyrouth avant de travailler, depuis le Liban, dans les relations publiques. Guidée par son amour pour les mots et la francophonie, elle publie son premier roman « Quelle heure est-il chez vous ? », suivi d'un ouvrage collectif « L'amour à 100 mains ». Caroline se souvient des proverbes que son père, fervent patriote libanais, lui citait, tout en lui laissant le soin d’en comprendre le sens. C’est ainsi qu’en 2017, elle concrétise une grande aventure, la rédaction de « Dessine-moi un proverbe. Les proverbes libanais racontés aux enfants », une série de livres illustrés qui racontent les proverbes libanais, traditions orales et héritage du pays du Cèdre. A travers son œuvre, Caroline s’adresse aux enfants libanais, à ceux d’une des diasporas les plus importantes au monde, partant du postulat qu’une des meilleures façons de savoir où l’on va, c’est avant tout de savoir d’où l’on vient.

Commentaires

Laisser un commentaire


Restez connecté
Abonnez-vous maintenant à la newsletter pour recevoir des mises à jour hebdomadaires.
Sponsors

Flus RRS cinéma
photo

Just a gigolo Bande-annonce VF

Posted:Fri, 12 Apr 2019 22:00:00 GMT
Plus d'infos

Continuez la lecture

News précédent


Featured image
News précédent


Featured image
Live Radio

La voix de la diaspora

Featured image

Un pont entre l'afrique et la diaspora.


logo